AVANT LA TEMPÊTE

Variations sur une poésie de Léon SOJAC, Ce rêve d’un grand désert blanc.

Ce rêve d’un grand désert blanc, d’un ministère
pour un appétit de vent, de sec, de nitrate,
ces marées reconduites – elle est si loin, fougère,
ressemble bien aux autres, quand même elle éclate

en volutes périclitées, et c’est assez
qu’elle ressemble, et c’est peu qu’elle éclate si
c’est pour empirer la pénombre sans pousser
l’empire de la nuit sur nous – ce rêve, si

quelqu’un rêve quelqu’un sans en rire, et sans quoi
«fenêtre» est une idée de con finalement,
ce rêve c’est la cendre et quelque chose doit

brûler. J’ai de plus en plus souvent la visite
de la petite fille aux allumettes dans
des envies d’à-dada, et le feu s’étend vite.

(c)2003 – Léon SOJAC

Premier projet

Restez chez vous I / Bas-relief / 122,7x99,35 cm / 2020Inv.20829-20830-20832 / Euphorbes / 88,9x41,85 cm / Encre de Chine sur papier marouflé.Restez chez vous II / Bas-relief / 122,7x99,35 cm / 2020