Jeudi 26 octobre 2017

J’aime le visage d’Andrew Wyeth, cette profondeur, cette humilité qui transparaissent. Une discrétion, une espèce d’ « excusez-moi » qu’on retrouve dans ses aquarelles. Le seul qui m’émeuve vraiment.

Laisser un commentaire