Mardi 31 décembre 2019

Mon grand-père avait coutume de dire : « La vie est étonnamment brève. Dans mon souvenir elle se ramasse aujourd’hui sur elle-même si serrée que je comprends à peine qu’un jeune homme puisse se décider à partir à cheval pour le plus proche village sans craindre que – tout accident écarté – une existence ordinaire et se déroulant sans heurts ne suffise pas, de bien loin, même pour cette promenade. » Franz Kafka, dans La Métamorphose, traduction Alexandre Vialatte.

A tous, je vous souhaite une promenade 2020 des plus sereines.